Découvrez la collection DIDASKALOS made in Saint-Thom

zanobi-strozzi-ecole-de-saint-thomas-d-aquin-detrempe-sur-bois-1450-couvent-san-marco-florence-italie-03.jpg

COLLECTION DIDASKALOS

Le terme grec διδασκαλος désigne, dans la tradition antique, ‘celui qui enseigne’ ; il est traduit dans le Nouveau Testament par ‘le Maître’.

Cette collection veut contribuer modestement à donner des outils aux Etablissements scolaires de l’Enseignement catholique qui veulent mettre en place, pour tous leurs élèves, un temps régulier pour connaître le christianisme, non seulement en tant que patrimoine culturel et historique, mais aussi comme source de repères théologiques, sociaux, éthiques et spirituels qui ont la capacité de questionner notre temps présent.

La collection DIDASKALOS comprend un parcours d’Enseignement du christianisme pour les 4 années du Collège, et un parcours d’Anthropologie chrétienne pour les 3 années du Lycée.

UN PARCOURS D’ENSEIGNEMENT DU CHRISTIANISME
pour les 4 années de Collège

Conception et rédaction du Parcours : Xavier Gouët

Révision, relecture et adaptation : Fr Jean-Baptiste Rendu, op – Thibault Laurin - Madeleine Le Roy

Ce parcours, né à l’Institut Saint-Dominique de Pau, a reçu la forme enrichie et définitive de cette édition dans le cadre du Centre scolaire Saint-Thomas d’Aquin-Veritas (Lyon métropole)

Conception graphique et illustrations :
Thibault Gallet - thibaultgallet@live.fr


 

En 6ème : A la source du christianism

Thème 1 : La Bible et les grandes figures fondatrices
Le christianisme puise sa source environ 1800 ans avant l’existence terrestre de Jésus. Et l’on ne peut pas comprendre la vie de Jésus, ni l’Eglise, sans connaître les grands récits fondateurs autour d’Adam et Eve, et sans se référer aux grandes figures d’Abraham, Isaac, Jacob, Moïse, David et Salomon.
Ces récits et ces figures forment une culture dans laquelle le christianisme a vu le jour, et ils traduisent aussi toutes les attentes que l’on peut trouver dans l’histoire des hommes.


Thème 2 : Au fil de l’évangile de saint Luc
Un évangile est remis à chaque élève parce qu’à partir de ce nouveau thème, il va le lire quasiment d’une manière continue. Pourquoi ?
Chrétiens ou non, notre histoire est marquée par cet homme historique : Jésus, au point que le calcul de notre chronologie se fait à partir de lui.
Pour un non-chrétien, cet évangile sera lu comme un livre d’histoire : des personnages, une région du monde, une culture…
Pour un chrétien, cet homme Jésus est Dieu, venu sur terre et dans notre histoire : c’est dans l’évangile qu’il nous dit qui est Dieu ; l’évangile est la Parole de Dieu.

 

en 4ème : L’église face à la critique

Thème 1 : Catholiques et protestants : foi et salut
Au XVIème siècle, les chrétiens se sont divisés : à travers les reproches que les ‘protestants’ faisaient à l’Eglise, ils posaient deux questions très importantes.
1. Comment Dieu rejoint-il l’humanité encore aujourd’hui ? La Bible est la Parole encore vivante de Dieu. Les catholiques ajoutent que les chrétiens aujourd’hui peuvent connaître Jésus dans et par l’Eglise, à travers la foi qu’elle transmet et les sacrements qu’elle donne.
2. Comment Dieu fait-il pour nous sauver, c’est-à-dire nous libérer du péché ? L’action de Dieu est gratuite et n’oblige personne : Dieu veut que l’homme soit libre. Mais alors comment l’homme peut-il dire ‘oui’ à Dieu ? Sa foi suffit-elle ? Faut-il y ajouter des actions, mais alors ces actions peuvent-elles influencer Dieu ?

Thème 2 : La chrétienté moderne : foi, raison et science
Cette période représente une grande rupture.
C’est comme si, jusque-là, on avait zoomé sur Dieu en le prenant pour référence. Et que maintenant, avec la modernité, l’être humain peut zoomer sur lui-même et découvrir qu’il peut être sa propre référence.
C’est dans la science que l’être humain va pouvoir exprimer sa ‘libre pensée’. Et souvent, parce qu’il confond foi religieuse et superstition, il oppose la science et la foi.
Mais les deux ne s’opposent pas nécessairement : la raison vise la connaissance de tout ce qui nous entoure, mais elle peut aussi préparer une belle place à la foi qui répondra aux questions pour lesquelles la science n’a pas de réponses.

Thème 3 : Le renouveau de l’Eglise : foi et mission
Nous nous trouvons dans un siècle marqué par la critique de la religion au nom de la liberté, de la croissance économique qui remet en question les valeurs traditionnelles, des découvertes scientifiques.
Pourtant l’Eglise ne se replie pas sur elle-même : elle va se mettre en mission au nom de la parole de Jésus : « chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25,40). Et l’Eglise va s’engager là où des manques se font sentir : dans les pays en voie de développement, dans l’éducation, et dans le soin apporté aux pauvres.

 

En 5ème : Des premiers témoins à l’église

Thème 1 : Les premières communautés chrétiennes
Les premiers chrétiens voulaient témoigner de leur foi.
Ils l’ont fait au milieu des persécutions relatées par des récits très édifiants sur le courage et la douceur de ces personnes prêtes à offrir leur vie.
Ils ont également été témoins de leur foi à travers un idéal de vie dont des expressions artistiques et des symboles sont encore utilisés de nos jours.
Et puis, le christianisme s’est fait progressivement une place dans l’Empire romain et dans la société païenne, pour devenir une religion reconnue par le pouvoir politique.

Thème 2 : La naissance des grandes familles religieuses
A la suite des premières communautés chrétiennes, les croyants ont voulu continuer à ‘donner leur vie’ au nom de leur foi. Pour cela, ils ont suivi l’évangile avec une certaine radicalité, prenant de la distance par rapport au ‘monde’ : c’est la ‘vie consacrée’ qui a pris des formes différentes tout au long du Moyen-Age et qui se poursuit encore aujourd’hui.
A la découverte de la vie monastique, des grands Ordres religieux, et de grandes figures dominicaines et féminines de cette époque !

Thème 3 : L’Eglise, communauté des chrétiens
Pour arriver à une vraie définition de l’Eglise, il faut la voir d’abord comme une communauté de personnes qui partagent la même foi et en vivent notamment par la prière et les sacrements.
Et dans cette communauté, chacun(e) est appelé(e) à se mettre au service des autres. Pour cela, les chrétiens reconnaissent que Dieu leur donne des talents personnels : un ‘charisme’.

Thème 4 : Les pèlerinages du Moyen-Age à aujourd’hui
Jérusalem, Rome, Compostelle, mais aussi Lourdes, le Mont-Saint-Michel, Vézelay, la Sainte-Baume et tant d’autres : des lieux qui ont attiré des foules de croyants ou simplement de personnes en recherche de sens pour leur vie.
Des routes toujours très empruntées, des lieux toujours très visités… Le pèlerinage est l’image de la vie : un chemin sur lequel on marche.

 

En 3ème : Le christianisme et le monde contemporain

Thème 1 : Dieu et le mal
Dans les conflits entre les peuples ou dans la vie en société, nous sommes confrontés au mal : le mal que l’on commet, le mal que l’on subit, la violence que l’on s’échange… tout cela n’engendre que souffrance !
C’est souvent à partir de l’expérience du mal que se pose le paradoxe : si Dieu existe, pourquoi permet-il tout cela ? Mais cela nous renvoie aussi au mystère de la liberté de l’homme : capable des plus grandes et belles choses, il est autant capable du pire…

Thème 2 : Un monde avec ou sans Dieu ?
Ma place et celle des autres êtres humains dans la société, mon rapport à l’environnement et la nature, et ma propre identité : trois questions qui impliquent la vie tout entière, et des réponses que chacun(e) donnera progressivement sur le chemin de son existence, et qui renverront à une certaine définition de l’être humain.
Trois questions auxquelles on répondra peut-être différemment selon que l’on prendra en compte ou non ‘l’hypothèse Dieu’.

Thème 3 : L’Eglise : qu’a-t-elle à dire au monde actuel ?
Souvent l’Eglise nous semble alourdie de ses 21 siècles d’existence, et souvent on résume son message en une somme d’interdits ou de repères moraux. Pourtant tout au long de son histoire et récemment avec le concile Vatican II, l’Eglise a voulu se remettre face à sa mission : celle d’annoncer qu’au nom de Dieu, tous les êtres humains partagent la même fraternité.
A ce titre, tous les êtres humains, croyants ou incroyants, partagent la même question du sens de leur vie. Et les autres religions, avec lesquelles le christianisme se veut en dialogue, seront autant d’expressions spirituelles de cette recherche de sens.

La démarche

  • Ce parcours d’enseignement du christianisme n’est pas un parcours de culture religieuse au sens où il présenterait un ensemble de religions comme un exposé de connaissances détachées de leur essence.
  • Le fil conducteur de ce parcours est le christianisme, considéré dans son histoire, non pas à la façon d’un cours d’histoire qui relaterait des événements passés, mais comme une manière de voir la vie de l’Eglise qui se développe d’une manière homogène, depuis les grandes figures préfiguratrices de l’Ancien Testament et la révélation du Christ dans les Evangiles, et à travers les questionnements qui se sont posés dans son histoire et qui peuvent nous éclairer encore aujourd’hui.
  • Ce parcours d’enseignement du christianisme est une étape intellectuelle, culturelle, mais aussi spirituelle par la proposition de ‘temps d’intériorité’ à l’intérieur de certaines séances.
  • Les non-chrétiens y trouveront une manière de réfléchir à la cohérence d’une histoire qui nous précède et nous dépasse ; les chrétiens y découvriront comment le message du Christ s’est incarné dans l’histoire de son Eglise.
  • Et tous trouveront dans ce parcours l’apprentissage et la compréhension de la culture chrétienne sans laquelle ils ne pourraient avoir la pleine connaissance de multiples œuvres artistiques et littéraires.
  • A ce titre, ce parcours veut s’inscrire dans le charisme dominicain pour lequel un rapport de confiance, de dialogue et d’enrichissement mutuel est possible entre le savoir et la foi.

Le fondement

  • Le fondement de ce parcours se trouve dans la théologie de l’histoire dont la question principale est: l’histoire a-t-elle un sens ?
    L’historien ne peut pas répondre à cette question et il conteste les philosophies qui prétendent trouver une vue totalitaire sur le devenir de l’humanité.
  • Le théologien, lui, part du contenu de la foi chrétienne qui présente une anthropologie: l’homme est créé à l’image de Dieu, et son histoire est celle de sa destinée ultime, de son accomplissement.
  • Ainsi, l’histoire devient mystère et provoque chez l’homme un écho d’ordre spirituel, à travers sa condition humaine et les progrès de la technique qui lui ouvrent tant de perspectives…

Les références

  • « L’enseignement scolaire [de la religion catholique] transmet aux élèves des connaissances concernant l’identité du christianisme et de la vie chrétienne. » Congrégation pour l’Education catholique, Eduquer au dialogue (2013)
  • « Ce qui confère à l’enseignement de la religion à l’école sa caractéristique, c’est qu’il est appelé à pénétrer le milieu culturel et à entrer en relation avec d’autres formes du savoir. En tant que forme originale du ministère de la Parole, cet enseignement insère l’Evangile dans le processus personnel d’assimilation, systématique et critique, de la culture. » Directoire Général pour la Catéchèse (1997)
  • « Dans de nombreux cas, [cet enseignement] représente pour les étudiants une occasion unique de contact avec le message de la foi. » Benoît XVI, Exhortation apostolique Verbum Domini (2010)
  • « La dimension religieuse est intrinsèque au fait culturel, elle concourt à la formation globale de la personne et permet de transformer la connaissance en sagesse de vie. » Benoît XVI, Rencontre avec les enseignants de religion catholique (2009).
  • Toutes ces références sont citées dans le Directoire Général de la Catéchèse de 2020 qui affirme notamment que « là où il est mis en œuvre, [cet enseignement] est un service rendu à l’homme et une précieuse contribution au projet éducatif de l’école. […] Il a une grande valeur éducative et sert le développement de la société elle-même. » (n°314)

L’organisation

  • Le parcours est prévu pour une heure hebdomadaire dans chaque classe, à destination de tous les élèves, quelle que soient leur culture personnelle, leur religion ou leurs croyances. L’organisation idéale est de pouvoir dédoubler la classe pour permettre davantage d’échanges.
  • L’édition du parcours prévoit un coût de 8,50€ par livret annuel.
  • Nous pouvons vous aider à mettre en place ce parcours, notamment par une présentation et une formation des adultes qui seraient intéressés pour assurer cet enseignement.
  • N’hésitez pas à prendre contact avec nous : collection.didaskalos@saint-thom.fr
 

Autres actualités

Les demandes d'inscriptions 2023-2024 sont ouvertes !

Madame, Monsieur, chers parents Les demandes d'inscriptions pour chacun de nos établissements sont ouvertes. Retrouvez-les...

En savoir plus

Portes ouvertes - samedi 8 octobre 2022

Nos prochaines Portes Ouvertes auront lieu le samedi 8 octobre 2022 sur chacun de nos 4 Sites. Les...

En savoir plus

PrepaSUP : Parce que le BAC ne doit pas être le seul objectif de la Terminale

Parce que le Bac ne doit pas être le seul objectif de la Terminale, nous proposons, aux élèves des Lycées...

En savoir plus

Théâtre : Le Dieu du carnage de Yasmina Reza | Jeudi 13 octobre à 20h

«Véronique, moi je crois au dieu du carnage. C’est le seul qui gouverne, sans partage, depuis la nuit...

En savoir plus

Les Matinales du Réseau thomiste

Les réseau thomiste lance ses "matinales" par et pour les professionnels, que vous soyez ancien élève...

En savoir plus